Nous débuterons notre parcours à Santa-Maria-Novella, grand sanctuaire dominicain à l’intérieur élancé et harmonieux. L’édifice présente une très jolie façade Renaissance en marqueterie de marbres de différentes couleurs. Il est flanqué du cloître Vert, qui doit son nom à la dominante des fresques qui ornent ses murs. Nous gagnerons ensuite le musée San Marco, ancien couvent dominicain où vécurent Savonarole et Fra Angelico. Il nous présente aujourd'hui la quasi-totalité de l'oeuvre magistrale de ce dernier artiste. La célèbre Annonciation, au dégradé de couleur si réussi, accueille les visiteurs en haut de l'escalier. Rien n'est plus émouvant que le contraste de ces cellules à l'architecture simple mais au décor si raffiné. Après le déjeuner, nous nous rendrons à la galerie de l'Académie pour y rencontrer Michel-Ange, magnifiquement représenté par son colossal David. 

Santa Maria Novella

Fresque de la Trinité par Masaccio (1401-1428)

Muséo San Marco

Fra Angelico (1395-1455)

L'annonciation (1452) tempera et or sur bois et quelques-une des 44 fresques des cellules du couvent San Marco dont celle de Savonarole.

Le "cangiante "

La technique du cangiante est caractérisée par l’adoption par le peintre d’une couleur plus claire lorsque celle d’origine ne pouvait être suffisamment claire ou, au contraire, l’usage d’une couleur plus foncée lorsque celle d’origine ne pouvait être rendue assez sombre. Utilisée vers 1510 par Michel-Ange pour la Chapelle Sixtine,

c'est vers 1440 que Fra Angelico a utilisé cette technique comme on le découvre dans la robe du prêtre de la présentation au temple (cellule 10).

Galerie de l'Académie

Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni (1475-1564)

C'est l'original du " David " de Michel-Ange (1501-1504) déplacé de la place du Palazzio Vecchio à la Galerie dell'Accademia en 1873. 4m74 de marbre de Carrare pour ce que je considère la plus belle sculpture du monde !

Naissance d'une œuvre ...

Ces œuvres ne sont pas toutes achevées mais il est impressionnant de voir dégager du bloc de marbre ces bras, ces jambes, ...

Il y a quelques doutes sur l'attribution de La Pieta di Palestrina à Michel-Ange vers 1550 (un de ses élèves ?). Peu importe, le travail du sculpteur reste admirable.

Giambologna, Jean de Bologne (1529-1608)

L'enlèvement des Sabines (1579-1583) est sculptée dans un seul bloc est située dans la Loggia des Lanzi sur la place de la Seigneurie. Ici nous avons l'épreuve de taille réelle en plâtre présentée en 1582. 

Autres œuvres de l'Académie