Nous franchirons l’Arno par l’insolite Ponte Vecchio, construit en 1345, le seul à avoir été épargné lors de la dernière guerre. Aujourd’hui comme hier, il bruisse de l’activité commerciale des Florentins, même si les marchands de souvenirs, ont de nos jours, remplacé les maraîchers qui venaient jadis y proposer fruits et légumes. Une promenade dans le quartier de l’Oltrarno nous révèlera une Florence plus tranquille et plus secrète. En point d’orgue, nous visiterons l’église del Carmine et sa célèbre chapelle Brancacci, où les fresques de Masaccio constituent l’acte de naissance véritable de la peinture à la Renaissance. Le Paiement du tribut et Adam et Eve chassés du paradis terrestre sont deux fresques d’une rare intensité dramatique. Nous verrons aussi l’église Santo Spirito, au campanile élancé, où nous retrouverons le génie de Brunelleschi. Après le déjeuner, nous visiterons le Palazzo Pitti, le plus imposant des palais florentins, à la façade interminable, qui abrite les collections de la galerie Palatine, riches surtout en œuvres des XVIe et XVIIe siècles, dont Giorgione, Raphaël, Titien, Tintoret, Rubens et bien d'autres. Nous découvrirons enfin les jardins de Boboli, archétypes des jardins à l'italienne, à la savante composition, dominés par l'impressionnante fontaine de l'Océan due au ciseau de Jean de Bologne. 

Le Ponte Vecchio et l'Arno

Santa Maria del Carmine - Chapelle Brancacci

Masaccio (1401-1428) et la mise en œuvre de la perspective

 

 

Une rénovation révélatrice

 

C'est tout le problème des rénovations qui enlèvent la couche de vernis oxydé et jauni mais peuvent supprimer des retouches ou des repentis du peintre lui-même. Mais lorsqu'elles permettent de détruire des surcouches posées pour des raisons multiples, ici par pudeur de l'époque, alors c'est une très bonne chose !